• suivez nous sur    social instagram 30 social-twitter-30 social-facebook-30

18-imgvig3-alain

Dans les coulisses du TEAM DACIA.

Pour les observateurs extérieurs, le Trophée Andros a des petits airs de show à l’américaine où les pilotes sont détendus, cool, souvent en famille, et sont là, histoire de ne pas hiberner pendant l’intersaison. Sauf que ça, ce n’est que la face visible de l’iceberg.

Certes, le Trophée Andros se déroule dans la bonne humeur, les pilotes sont accessibles, ils se parlent, ils se tapent dans le dos mais ne vous y trompez pas, ils sont tous là dans le même et unique but : gagner ! Et pour y parvenir, entre le niveau très relevé du plateau et l’expérience certaine des équipes techniques, décrocher la victoire n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

Et pour vous permettre de vous en rendre compte, on vous fait vivre la dernière manche qualificative du meeting d’Andorre au sein du Team Dacia. Une immersion totale, avec accès illimité. Une expérience unique normalement réservée à quelques rares privilégiés ! Enjoy !


Pour gagner, le principe est simple : avoir le meilleur temps absolu à l’issue des 4 tours chronométrés

18-img1-nicoUne manche qualif dure une heure. Une heure de stress intense à l’issue de laquelle le vainqueur sera assuré d’être sur le podium. Les pilotes s’élancent en piste dans l’ordre décroissant du classement général. Nicolas est donc le premier à rouler. Il quitte le motorhome dans lequel les pilotes et leurs proches suivent la course. Alain, Evens et Delphine, la fiancée de Nicolas, n’en sortiront que lorsque celui-ci rentrera dans le paddock, puisque qu’un écran relaie tout ce qui se passe sur la piste : l’évolution de la voiture et les temps de chacun des tours. L’exercice est compliqué : il n’y a pas de tour de lancement, seules quelques dizaines de mètres séparent la voie d’accès à la piste et la ligne de départ. Pas le temps de se caler, il faut donc être immédiatement concentré, efficace, sûr de soi pour espérer réaliser une bonne performance. Car deux secondes suffisent à faire basculer un pilote du top 10 aux abysses du classement...

Avant lui, 14 pilotes se sont déjà élancés en piste. Les tours s’enchaînent. Nicolas est propre, efficace, rapide. Il est parti confiant, ses pneus sont parfaitement rodés : le scénario idéal pour réaliser une bonne performance s’il ne fait pas d’erreur. 11ème à l’issue de la première manche qualif, Nicolas est heureux de sa progression mais en veut encore plus. Il tient absolument à faire, au plus vite, son entrée dans le top 10.

3‘02‘563 plus tard, le sourire est sur toutes les lèvres chez Dacia : Nicolas a réalisé le meilleur temps absolu ! Certes, 18 pilotes, et pas des moindres, restent à passer, mais il n’empêche que la performance est excellente, que son ingénieur est persuadé que le temps tiendra et que Nico rentrera pour la première fois, après seulement quatre courses, dans le top 10.

Le temps est compté, les mécanos et ingénieurs doivent être efficaces

18-img2-structureAlain a tout juste le temps de se réjouir que déjà il faut se reconcentrer. Pilotes et mécanos sont cette fois tous rassemblés sous la structure mécanique. Le temps est compté, les mécanos et ingénieurs doivent être rapides mais sereins pour être efficaces. Pré-grille dans 12 minutes pour la Dacia N°6, avec Evens à son volant. Il faut changer les pneus (propres à chaque pilote), refaire les pressions, refueler, faire le point sur l’état de la piste avec Nicolas, vérifier l’efficacité des choix techniques et stratégiques et décider de les appliquer tels quels ou, au contraire, choisir de les faire évoluer dans un sens ou dans l’autre... Tout ça en quelques minutes. Attention : la moindre erreur, aussi infime soit elle, priverait les pilotes d’une bonne performance.

La tension est à son comble. Richard Tur, concepteur de la voiture et responsable de l’équipe technique accompagne Alain jusque sur la pré-grille et restera au bord de la piste jusqu’à la fin du run de ses deux derniers pilotes, mettant à contribution tous ses sens pour observer, décortiquer et analyser chacun des tours.

Les pneus d’Evens sont très entammés. Il savait avant même d’entrer en piste qu’au fil des tours, ses performances se dégraderaient. Dans ce cas, la sanction est inévitable : on perd de l’ordre d’une demi-seconde sur les tours 2 et 3 et une seconde pleine dans le tour 4. Evens n’a pas échappé à la règle : bien qu’il n’ait commis aucune faute de pilotage, il ne fait pas mieux que 11ème.

La Dacia N°6 quitte la piste, retour au paddock. Il reste une seule série avant que la Dacia N°2 rentre à son tour en piste. C’est maintenant que tout se joue. Le visage de Richard Tur reste impassible. Peut-être parce qu’il confiant et sait déjà que sans coup du sort, les choix seront payants et permettront à Alain Prost et à l’équipe Dacia de remporter leur premier meeting. Possible...

La foule est massée devant la structure Dacia pour supporter le quadruple Champion du Monde de Formule 1

18-img3-alainQuoi qu’il en soit, le doute n’est plus de mise une fois la manche qualif achevée. En plus de la victoire, Alain Prost est le seul pilote à passer sous la barre des 45 secondes au tour et réalise donc le meilleur temps absolu du week-end. Cette fois, le sourire sur le visage de Richard est franc, justifié, partagé avec tous les membres de l’équipe et par les trois pilotes !! Heureux et fiers d’écrire cette première victoire tous ensemble. Congratulations. Remerciements. La foule est massée devant la structure Dacia pour voir le qualdruple Champion du Monde de Formule 1 et obtenir l‘autographe convoité !

Tout cela se finira avec quelques bulles de champagne. Mais plus tard, dans une heure ! Avant cela, il reste les finales à disputer. Il faut vite se reconcentrer, ne pas se désunir car il ne faut pas perdre de points !!

Ce sans faute d’Alain permet au team DACIA de remporter sa 1ère victoire dans le 23ème Trophée Andros.


à suivre la prochaine étape de l’Alpe d’Huez : vous pénétrerez dans les coulisses du team SKODA / ORECA.

bandeauinf web 2018 new