• suivez nous sur    social instagram 30 social-twitter-30 social-facebook-30

19-team-skoda-vigDans les coulisses du Team Oreca Skoda - samedi 7 Janvier à Isola 2000 : Course 1/ Manche qualificative 2

Faire un tour dans les coulisses de l’équipe Skoda, c’est une occasion qui ne se refuse pas, mais qui nécessite tout de même un minimum de préparation. Psychologique et émotionnelle. Ben oui, passer une heure confortablement installée face à l’écran qui diffuse le direct et les chronos et entourée de quatre pilotes de Formule 1, dont un champion du monde et le dernier grand pilote français, qui aujourd’hui œuvre personnellement à sa propre relève, ça fait quelque chose !


Et au moment d’ouvrir la porte du motorhome qui me fera basculer de l’autre côté de la barrière, j’ai deux objectifs : savourer pleinement mon plaisir et vous le faire partager !

19-team-skodaAllez, c’est parti. On s’essuie les pieds avant d’entrer et on ne fait pas de bruit…
Bienvenue pour une immersion en plein cœur du tout nouveau et tout beau Team Oreca Skoda. Le constructeur tchèque, sous l’impulsion d’Olivier Panis, a choisi cette année de confier la construction, l’entretien et le développement de ses voitures à Oreca, leader français à l’envergure internationale de ce qui se fait de mieux en matière de sport automobile dans bon nombre de domaine. Le gage d’un label certain et d’un sérieux indéniable signé Hugues de Chaunac.

Il ne faut que quelques secondes pour réaliser qu’Olivier Panis joue ici le rôle de chef d’orchestre. Quelques minutes avant le début de la manche qualif, c’est lui qui fait les derniers ajustements avec David Floury, chef ingénieur fidèle parmi les fidèles de de Chaunac. Forts de leur collaboration en LMS, les deux hommes se connaissent bien et on sent immédiatement qu’ils ont plaisir à travailler ensemble. C’est une évidence


On se croirait dans l’appartement de quatre copains en colloc
Me voici donc dans le motorhome, avec la dream team de pilotes au complet et quelques rares privilégiés, dont Mia, la fiancée de Jacques, Aurélien, le fils d’Olivier, Francis l’attaché de presse qui connaît Audiard par cœur et qui en fait profiter tout le monde. La dernière manche qualif de la première course du week-end va commencer. Le premier à s’élancer, ce sera Paul, mais pas avant une bonne dizaine de minutes. Alors pour l’instant, ils observent, analysent (un peu), prennent les paris et commentent (beaucoup) les performances des pilotes déjà en piste. Ils attendent leur tour. L’ambiance est détendue, cool, légère. Ça plaisante, ça rigole… Francky y va de son imitation de Bébel, Paul rit de bon cœur. On se croirait presque dans l’appartement de quatre copains en collocation. Mais derrière cette cool attitude, il y a de vrais objectifs, de vrais impératifs et une vraie motivation.

Donner le meilleur pour relancer l’équipe Skoda officielle dans la course au titre
Attention, il ne faut pas s’y tromper : c’est bien de quatre anciens pilotes de Formule 1 dont on parle !  Des hommes qui n’ont eu de cesse d’atteindre le même objectif tout au long de leurs carrières : être le meilleur ! Et même s’ils ont connu des réussites diverses, ils restent avant tout des compétiteurs dans l’âme. Et des garçons qui n’aiment pas être battus ! Du coup, ce semblant de dillétantisme n’en est pas, bien au contraire ! Simplement, ils n’éprouvent pas le besoin de se mettre dans une bulle pour se concentrer avant le départ. Chacun sa méthode… Ils se reposent également sur la journée d’essais effectuée quelques jours avant le meeting et savent que, mis à part quelques réglages à apporter en fonction de l’évolution de la piste, c’est désormais à eux, et à eux seuls de donner le meilleur de leur science du pilotage pour tenter de décrocher une victoire qui boude l’équipe Oreca Skoda qui du coup, peine à se relancer dans la course au titre.
Tour à tour ils se préparent : ils ajustent leurs chaussures, s’équipent de leurs gants et de leur casques. Olivier et Franck, qui sont les deniers à s’élancer, ont la possibilité de  recueillir les impressions de leurs coéquipiers qui en terminent et ne s’en privent pas.

19-panisUne fois son run terminé, le scénario est le même pour tous les pilotes Oreca Skoda : retour direct au motorhome pour suivre la fin de la qualif et découvrir sa performance. Et à 10h25, le verdict est sans appel. Paul Belmondo, incrédule, semble avoir été parachuté dans un mauvais film, une vilaine série B puisqu’il est dans les profondeurs du classement, à la limite des abysses même avec sa 18ème place.
Jacques Villeneuve, totalement in love, et qui du mal à lâcher la main de sa fiancée (brésilienne) ne comprend plus, mais plus du tout sa voiture. Il s’en agace et argumente : c’est comme Dr Jekil & Mr Hyde : tantôt un vrai régal à piloter et d’une efficacité redoutable, tantôt très, trop compliquée ! Même Franck Lagorce y perd son latin ! Lui, qui habituellement, arrive toujours à faire quelque chose avec trois fois ne fait pas mieux que 12ème, juste derrière son coéquipier canadien. Pas besoin d’être devin pour lire la déception dans les yeux du parisien. Tous les espoirs de faire une perf, la perf de la journée, reposent désormais sur les épaules d’Olivier Panis. Le maillon fort, le leader naturel de l’équipe qui ne ménage jamais ses efforts. Belmondo, Villeneuve et Lagorce y croient. Tout le monde ici y croit. On retient son souffle, on serre les points, on se régale du premier du coéquipier, du pote, du père… parce qu’il est dans le coup, dans le bon tempo, il peu aller chercher la victoire. Tout le monde sait qu’il a les épaules solides, qu’il va jeter toutes ses forces dans la bagarre, relever ses manches et mouiller sa combinaison pour aller chercher cette victoire qui lui tourne le dos depuis trop longtemps ! On y croit, on le sent, il le faut… Deuxième tour, dans le même chrono que le premier. C’est déjà un exploit en soi tant la dégradation des pneumatiques est l’inconnue de taille cette saison. Dans le troisième tour, il ne lâche que 2 dixièmes et malgré deux autres dixièmes perdus dans le dernier tour, Olivier Panis voit enfin avec délice son talent récompensé à la hauteur de ses efforts avec, en plus, le plaisir du travail bien fait. De retour dans le Motorhome, c’est le soulagement. La délivrance. La possibilité de se relancer dans la course au titre et retrouver le goût de la victoire. C’est juste du bonheur ! Je m’éclipse discrètement et les laisse tout à leur plaisir.

Un scénario catastrophe
Mais le meeting n’est pas fini. Le règlement de l’Andros fait que, malgré cette victoire, Olivier Panis est second à l’issue du cumul des manches qualificatives juste derrière Benjamin Rivière, l’autre grenoblois, qui s’impose à nouveau au volant de sa Skoda 100% privée du team Speedaventure, et qui, du coup, n’en finit plus de faire trembler les équipes officielles. Ensuite, il reste encore les finales à disputer. Et c’est là que le cauchemar va commencer pour Olivier Panis.
Il ne le sait pas encore au moment ou il se positionne en pré-grille, mais dans quelques minutes, après s’être élancé en tête et après un léger contact avec la Mini de Dayraut, confirmé comme un simple fait de course par les commissaires après investigation, il sera contraint à l’abandon, ne montera pas sur le podium au lieu de quoi il sera finalement relégué à la 6ème place. Pire encore, au lieu de revenir dans la course au titre, il verra s’éloigner encore un peu plus Dayraut et Prost de sa ligne de mire, et que son challenge aura désormais le goût amer de la mission impossible.

19-riviereLa pilule risque d’être difficile à avaler. Pour Olivier Panis. Et pour l’ensemble du Team Oreca Skoda, donc du team officiel que l’on imagine assister avec un certain désarroi à la montée en puissance de la Skoda privée de Benjamin Rivière qui est désormais le seul à pouvoir priver Prost ou Dayraut du titre de champion !

 

Finalement, l’empêcheur de tourner en rond risque fort de piloter une Skoda. Mais pas de celle que l’on croyait…



Heureusement, la jolie Laury THILLEMAN, Miss France 2011 et pilote Skoda électrique à Isola 2000 aura amené un peu de fraîcheur et beaucoup de glamour au sein de la structure Oreca !!

19-miss

A noter aussi la belle performance de Nicolas Vouilloz, qui passe même devant son copain Ferrier.  Les autres débutants sur la glace, Moreau et Lajoux, tournent aussi dans des chronos très proches de 52s.

A nouvelle année, nouveaux chronos, et les courses à venir n’en seront que plus belles.

bandeauinf web 2018 11 27 Ald Automotive Le Parisien L'Automobile Magazine L'Equipe Andros Rmc Diplomat Polartec 8js Advan Binocle Petit Forestier Loxam Enedis Metropole Nice Cote d'Azur Motul Systems Plastic'Up Rebellion Stef Ipam