• suivez nous sur    social instagram 30 social-twitter-30 social-facebook-30

SERRE CHEVALIER - les indispensables

infos station  |  horaires  |   engagés  |  news  |  photos  |  résultats   |    en direct equipe 15

20-llorach-vigDANS LES COULISSES DU DA Racing Team

Ce n’est probablement pas l’équipe la plus connue du Trophée Andros, mais pourtant, elle gagne à l’être ! Pour une fois, cette immersion sera le reflet général du team DA Racing plutôt que la restitution de l’ambiance d’une manche qualificative. Parce que pour la famille Dubourg, le sport automobile a beau être une compétition, il ne se vit pas sans valeur. Et c’est tellement rare que ça mérite d’être signalé !

 20-equipe2

Du Sprint Car au DA Racing

 20-jbAu départ de l’aventure, il y a un homme. Dominique. Qui après avoir fait son temps dans le sport automobile avec, à la clé, de belles aventures et un titre de Champion d’Europe d’Autocross, a choisi de prolonger l’aventure par le biais de ses deux fils. Jean-Bapiste et Andréa. Ils sont arrivés sur l’Andros avec, dans leurs valises, les sprint cars, ancêtres des actuels Andros Car Electrique, répondant ainsi à l’appel de Max Mamers qui voulait diversifier le plateau du Trophée Andros et ouvrir les portes de la célèbre épreuve hivernale aux débutants et aux filles. Une filière en quelques sortes. Qui a d’ailleurs parfaitement rempli sa fonction puisque outre Jean-Baptiste Dubourg, sont également passés par ce chemin Benjamin Rivière, Margot Laffite, Marlène Broggi, Anne-Sophie Lemonnier ou encore Justine Monnier.

Voilà donc la famille Dubourg au grand complet en 2004 sur les pistes glacées de l’Andros. JB fait ses débuts sur la glace, pendant que son petit frère Andréa qui n’a que 10 ans attend sagement son tour et que leur père, en spectateur averti, en profite pour observer et comprendre les subtilités de la discipline. Après quelques saisons d’apprentissage, il offre à son fils aîné la possibilité d’intégrer l’équipe AMV de Laurent Fouquet et après les résultats encourageants de JB dans la cour des grands, Dominique franchit un step supplémentaire deux ans plus tard en rachetant les Clio de Sport Garage. Le but est clair : construire un team autour de son fils, sans oublier de garder au chaud un baquet pour Andréa qui, vu son (trop) jeune âge, n’a d’autres choix que de patienter encore un peu. Mais attention, même si le principe est d’aller au bout de sa passion et de se faire plaisir, Dominique qui a certes le goût des choses bien faites, a aussi celui des choses qui se méritent. Parti de pas grand chose, il a construit sa vie professionnelle pas à pas (il est aujourd’hui à la tête d’une entreprise spécialisée dans le recyclage automobile) et connaît la valeur de l’argent. Ses fils aussi. Un véritable point fort qui permet d’avancer pas à pas, sereinement, intelligemment, sans partir à vaux l’eau 20-andreaet sans se disperser dans tous les sens. Du coup, connaissant ses propres limites mais sachant néanmoins que l’on ne peut pas faire l’impasse sur les essentiels sans risquer d’être tourné en ridicule, Dominique a fait des choix qui, aujourd’hui, portent leurs fruits. Par exemple, celui de confier le développement et la gestion de ses voitures à MTechnic, donnant ainsi à son team l’opportunité de disposer de voitures sans cesse enrichies des ultimes évolutions et avec l’accompagnement des équipes techniques qui va bien. Même principe pour la structure qui abrite pilotes et voitures. Du coup, le DA Racing est probablement l’équipe privée la plus professionnelle du paddock !

 

20-llorach-standL’envie de jouer dans la cour des grands
Il règne dans cette équipe un vrai besoin de réunir et de faire plaisir, toujours avec le respect du travail bien fait qui entraine du coup une farouche envie de progresser et de jouer dans la cour des grands. Aujourd’hui, le team dispose de trois voitures et de cinq pilotes : Jean-Baptiste Dubourg, Andréa Dubourg, Pierre Llorach, Marlene Broggi et Lionel Daziano. Les trois premiers cités, sont capables de réaliser d’excellents résultats et n’ont plus qu’une étape à franchir, celle de la régularité pour aller chercher le podium final. Mais le DA Racing souhaite aussi accueillir de nouveaux pilotes à l’image de Romain Grosjean en 2010 et qui n’a pu renouveler l’aventure cette année pour les (excellentes) raisons que vous connaissez. Et pourquoi pas même aller chercher le soutien d’un constructeur ? C’est ce à quoi Dominique travaille aujourd’hui. Jean-Baptiste, autrefois timide, assume parfaitement aujourd’hui et avec un plaisir non dissimulé le costume de chef d’orchestre qu’il est chargé d’endosser en plus de sa combinaison de pilote, alors qu’Andréa travaille beaucoup avec l’équipe technique mettant à profit son excellent ressenti de la piste. Bref, chacun est à sa place et en retire un plaisir intense mais sans jamais se laisser endormir par les sirènes de la facilité. Et comme le travail finit toujours par payer, le DA Racing place aujourd’hui deux de ses pilotes dans le top 10 du classement général à trois courses de la fin de la saison : Jean-Baptiste et Pierre Llorach qui ont réalisé d’excellentes performances (trois podiums pour JB et deux pour Pierre dont une victoire à l’Alpe d’Huez). Car personne ne s’en cache, il est toujours valorisant, avec de petits moyens mais une vraie envie de bien faire de venir titiller les ténors de la discipline.

 

Le DA Racing régale le paddock
Mais attention, avoir de l’ambition, c’est bien, mais pour autant il faut qu’il y ait aussi de la cohésion, de l’implication, du respect et du partage. Bref, des valeurs, des vraies. Car aussi étonnant que cela puisse paraître (pour certains seulement j’espère !), chez les Dubourg, le sport automobile ne se conjugue pas sans une vraie aventure humaine en parallèle. Sauf que cette aventure ne se limite pas à eux trois, non, les Dubourg ratissent large ! Car même si l’ambiance se veut conviviale sur le Trophée Andros, il faut signaler que le DA Racing est la seule équipe qui, depuis 5 ans, invite juste pour le plaisir tout le paddock (pilotes, mécanos, commissaires, journalistes… bref, tous ceux qui le souhaitent) à partager une dinette. Dinette par rapport à la convivialité mais festin par rapport à l’assiette proposée puisque sur celle-ci, il n’y a que des bonnes choses : de bonnes huitres, du bon foie gras, du bon magret et un jambon italien à tomber à la renverse. Sans oublier le bon vin (impossible de l’envisager autrement pour les bordelais qu’ils sont) ou du bon champagne, c’est au choix !

20-huitres2

20-huitres320-huitres1

Il règne dans cette équipe, en plus des très bonnes performances, un plaisir d’exister, un vrai besoin de réunir et de faire plaisir, du respect et une vraie envie de faire encore et toujours mieux. Et c’est tout le mal qu’on leur souhaite, parce qu’ils le valent bien ! D’ailleurs, certaines équipes feraient bien d’en prendre de la graine !!

 

bandeauinf web 2018 new